Pour un TAL responsable

Maxime Amblard*
*LORIA, UMR 7503, Université de Lorraine, CNRS, Inria;Campus scientifique F54506 Vandœuvre-lès-Nancy Cedex;maxime.amblard@univ-lorraine.fr
Résumé
L’intelligence artificielle (IA) a connu ces dernières années de grandes avancées qui ont résonné avec des préoccupations sociétales. Des instances ont été créées et ont commencé à structurer les problèmes posés par ces développements. Tant pour la société civile que pour de nombreux scientifiques, le champ de ces instances recouvre les problématiques du traitement automatique des langues (TAL). Dans cet article nous revenons sur certains aspects expliquant la relation entre IA et TAL, mais aussi sur les éléments qui les différencient. Nous revenons sur les problèmes d’éthique pour l’IA et également pour le TAL. Ces questions étant complexes, nous en donnons une lecture en contextualisant les problématiques. Enfin nous argumentons pour ne pas dresser l’éthique comme solution de facto à la réflexion, mais plutôt comme occa- sion de positionner les recherches dans des perspectives plus globales et nous revenons sur le problème de la relation entre utilisation de modèles numériques et faculté de les interpréter.
Résumé (en anglais)
Artificial intelligence (AI) has evolved in recent years along with societal concerns. Various committees were introduced in order to brainstorm on the consequences of these developments. These authorities are also concerned by Natural Language Processing (NLP), not only as a subfield of AI but also as a specific field with which it interacts. In this article we review the links between AI and NLP but also where they differ. We focus on ethical clues for both of them. Finally we argue for not using ethics as a unique solution, but rather as the way to abstract over our researches. In the end, we go back on how to interpret machine learning methods in the context of NLP.
Paru dans