Accueil du site Accueil du site Adhésion Contact Plan du site

ATALA

"Un point d'entrée vers des informations sur le traitement automatique des langues en France".
L'ATALA se consacre depuis 1959 au développement de la linguistique informatique en France.

Comme toute association l’ATALA a besoin de membres pour exister et être reconnue comme représentative d’une communauté scientifique et technologique. Si vous vous intéressez au traitement automatique des langues, vous êtes étudiant dans un des domaines du traitement automatique des langues ou vous travaillez dans le traitement automatique des langues et que , si vous souhaitez que le traitent automatique des langues soit reconnu comme une discipline à part entière, inscrivez-vous à l’ATALA !

Vous rejoindrez une communauté scientifique conviviale, ouverte sur le futur, forte d’un réseau qui s’est construit depuis les débuts de l’histoire informatique. Vous serez au courant des dernières recherches en traitent automatique des langues, vous aurez accès à des contacts privilégiés dans l’industrie et la recherche lors d’événements comme les journées scientifiques thématiques organisées partout où l’on fait du traitement automatique des langues ou bien comme le HackaTAL (concours de programmation), et vous pourrez bénéficier d’avantages divers comme par exemple une réduction substantielle des frais d’inscription aux conférences TALN & RECITAL.

Bientôt une grande partie d’entre nous, membres de la communauté francophone du traitement automatique des langues, nous allons nous retrouver à Orléans pour TALN-RECITAL 2017 du 26 au 30 juin, un des événements phare qui rythme annuellement la vie scientifique de notre communauté. Ce sera pour nous l’occasion d’échanger sur les développements scientifiques et technologiques récents qui bouleversent notre manière d’aborder le traitement automatique des langues : la place prépondérante des données hyper-massives et de l’apprentissage automatique avec le raz-de-marée des nouvelles approches neuromimétiques ; sans oublier le retour récent de l’Intelligence Artificielle sur le devant de la scène scientifique comme problématique clé pour l’avenir.

Ces changements s’ils ont un impact important sur notre quotidien, ne sont pas pour autant des cataclysmes, ils sont le signe du renouvellement de notre périmètre d’investigation, charge à nous de nous approprier les opportunités offertes par l’arrivée de ressources linguistiques plus nombreuses et d’une puissance de traitement accrue avec les architectures massivement parallèles.

La migration progressive observée de certaines problématiques du champ scientifique à industriel (par exemple transcription et synthèse automatique de la parole, analyse syntaxique, traduction automatique, agents conversationnels) ne doit pas se voir comme une fin pour les domaines concernés. Nous savons que ce transfert scientifique n’indique pas qu’un problème est résolu, mais que sont étude à atteint un niveau de maturité suffisant pour des mises en applications. La multiplication des champs applicatifs thématiques pour le traitement automatique des langues que l’on commence à observer ces dernières années à la frontière de nombreux domaines connexes, s’il est une chance pour faire connaître et développer le traitement automatique des langues, nous fait cependant courir le risque d’une explosion de notre domaine en une myriade de sous-domaines spécifiques. Ce faisant nous perdrions de vue que le traitement automatique des langues ne peut se concevoir comme une science, sans avoir de modèles pour le langage et le besoin de leurs universalité. Modéliser l’être humain dans sa dimension linguistique est et restera la problématique centrale qui nous unit, quelle qu’en soit la déclinaison.

La redistribution des efforts de recherche, conséquence de ces bouleversements, s’accompagne de nouvelles potentialités qui ouvrent de nouvelles voies d’approches pour des problématiques que l’on considérait jusqu’à présent comme marginalement abordables, par exemple les émotions, la subjectivité, la pragmatique, le dialogue non contraint etc. Nous disposons de nouvelles potentialités qui vont nous permettre de rapprocher plus avant le spectre des fonctionnalités offertes par le traitement automatique des langues des capacités humaines pour le langage. TALN-RECITAL 2017 sera l’occasion de nous rencontrer pour réfléchir sur les moyens de les utiliser pour faire progresser la science en traitement automatique des langues.

Au plaisir de vous y rencontrer, le président de l’ATALA, Patrick Paroubek.


Date de dernière mise à jour : 19 mai 2017, Webmaster : .